Personnalité du mois intro article carole foillard

Publié le 3 mars 2022 | par Rédaction

0

La femme du mois de mars 2022

C.V.

Années 1970_ Naissance à Belleville.
1992_ Bac professionnel secrétariat.
1992-2006_ Secrétaire chez Socadel à Villefranche-sur-Saône.
2006-2010_ Acheteuse, technicienne d’études chez Electroforce à Gleizé.
2011_ Carole devient autoentrepreneuse et crée l’Atelier d’Albertine.

ARTISTE CÉRAMISTE DANS LE CŒUR ET DANS LA TÊTE…

Après une vingtaine d’années comme secrétaire puis technicienne d’études dans des sociétés d’électricité qui se sont soldées par un licenciement en 2010, Carole se lance dans la sculpture céramique qui, d’un simple loisir deviendra cinq ans plus tard, son activité à part entière.

I D’où vous est venue cette idée de créer des têtes en céramique ?

En toute honnêteté, je crois que je n’aime pas la mienne. Et donc, je les trouve très  inspirantes. J’aime bien leurs grosses bouches. Je les trouve expressives. En plus, après les avoir installé sur des vieux outils glanés de-ci de-là, je les mets aujourd’hui en scène sur des vieux tableaux que je chine aux puces ; des photographies anciennes du début du 20e siècle dont les personnages ne sont pas particulièrement drôles… Mes têtes rigolotes et gracieuses leur donnent une seconde vie et leur permettent de rester dans le temps. D’autant que lorsque je fais une tête, je ne sais pas encore si elle va aller sur le corps d’un homme ou d’une femme, mais à chaque fois, j’arrive à l’associer.

I Vos têtes, tantôt coquettes, insolentes, boudeuses, rigolotes définissent-t-elles votre humeur du moment ?

Oui, un peu quand même. Tout dépend de mon inspiration du jour. Lorsque je les pose sur des outils, je peux leur mettre plus
d’accessoires : un chapeau, un ruban ou n’importe quoi d’autre. Quoi qu’il en soit, elles font partie de moi, de ma vie.

I En dehors des têtes sur de vieux outils ou tableaux, quels autres genres de créations vous attirent ?

C’est devenu un peu compliqué de trouver des tableaux. Et puis, je me dis que pour le public, il faut changer un petit peu – même si je sais que tout le monde ne connaît pas encore mon travail. Donc, aujourd’hui, je fais des homards en céramique et du raku, une technique de cuisson assez particulière qui permet d’avoir des effets colorés, irisés, craquelés et différents.

 


carole foillard creationsDans son atelier baptisé l’Atelier d’Albertine, un surnom qui lui a été donné par une amie et qui, en tant que vieux prénom, se marie bien avec son art, Carole Foillard répond à l’appel de la céramique sans jamais savoir précisément où cela va l’amener.

C’est justement l’imprévu et le fait de ne pas tout maîtriser de A à Z qui plaît à Carole. Se mettre sur une pièce sans savoir vraiment à quoi cela va ressembler au final, elle trouve cela très apaisant.

Il faut dire que sa vision de la céramique est différente de tout ce qu’on peut voir par ailleurs. Exit les pots et les assiettes ! Ici, on fait dans l’original tout en proposant une expression artistique qui parle à tout le monde et qui interpelle «Ça plaît ou ça ne plaît pas, mais pour moi, c’est vraiment un plaisir.» Un style qui par ailleurs correspond parfaitement à celle qui se décrit elle-même comme «un peu loufoque… sans être trop dingue quand même». Aujourd’hui, Carole est une artiste reconnue et qui vit de son art, mais elle regrette qu’il n’y ait pas suffisamment de femmes reconnues dans les métiers d’art.

Pour découvrir les œuvres de Carole, rendez-vous à l’Atelier d’Albertine où elle se fera un plaisir de vous recevoir.

Carole Foillard – 3605 – RD 933 – Le Clos de Beauregard 01480 Fareins
Tél. 06 64 29 88 41 –
instagram griscarole_foillard


A propos de l'auteur


Les commentaires sont clos.

Haut ↑