Concerts Crossborder blues

Publié le 8 octobre 2019 | par redaction

0

Théâtre de Villefranche – CrossBorder Blues

Trois maîtres de la note bleue

La musique est une alchimie, quel qu’en soit le genre. Mais ce qui est vrai pour le classique ou le rock, l’est peut-être encore davantage pour le blues. Et lorsque l’occasion se présente d’assister à la rencontre musicale entre trois géants de ces catégories (et de tant d’autres), on ne peut que goûter son plaisir.

Entre Harrison Kennedy, auteur-compositeur interprète et multi-instrumentiste (guitare, banjo, mandoline…), Jean-Jacques Milteau, harmoniciste et Vincent Ségal, violoncelliste, les frontières, qu’elles soient d’origine ou de style, n’ont pas cours. Seule compte la musique ! Une musique inspirée, exploratoire, novatrice, jubilatoire, où se mêlent les univers de chacun, entre tradition et modernité.

 

theatre villefranche Crossborder Blues harrison kennedy©DRHarrison Kennedy
Descendant d’esclaves enfuis des plantations sudistes, il a conservé de cet héritage un respect profond des racines du Mississippi et du Tennessee, qu’il a su faire fructifier avec originalité. Reconnu comme l’un des représentants les plus authentiques de la note bleue, il s’est fait connaître à l’heure de gloire de la musique soul.

 

theatre villefranche Crossborder Blues jean jacques milteau©DRJean-Jacques Milteau
Harmoniciste de génie, il est considéré comme l’un des artistes français les plus ouverts au blues. Ce titulaire de deux Victoires de la Musique a par le passé invité à le rejoindre, en studio et sur scène, des artistes prestigieux tels que Little Milton, Gil Scott-Heron, Michelle Shocked ou N’Dambi…

 

theatre villefranche Crossborder Blues Vincent Segal©DRVincent Segal
Tout en animant depuis deux décennies le duo Bumcello avec Cyril Atef, il a entraîné son violoncelle sur tous les territoires : jazz, funk, hip-hop, rock, musique contemporaine), world et chanson, sans oublier la “musique de chambre” africaine que subliment ses duos avec Ballaké Sissoko.

 
© DR



A propos de l'auteur


Les commentaires sont clos.

Haut ↑