Musique intro Theatre villefranche Ah Felix JP NATAF Delphine Ghosarossian

Publié le 1 mars 2019 | par redaction

0

Ah ! Félix (n’est pas le bon titre)

Théâtre, musique (création)

Théâtre de Villefranche

# mars 2019

Mardi 5 à 20h30
………………………………………………………..
Places non numérotées
Location / billetterie en ligne à partir du 6 février
………………………………………………………..

Ah felix nest pas le bon titreSonia Bester alias Madamelune n’en est pas à son premier essai.
Après des années passées dans l’organisation de concerts avec des artistes de renommée, parfois dans des lieux atypiques, comme Les Rendez-vous de la Lune à Paris, elle se tourne vers l’écriture et la mise en scène de spectacles fantaisistes qui mêlent théâtre burlesque et musique. Après La tragédie du belge et On a dit on fait un spectacle, elle convoque dans Ah ! Félix (n’est pas le bon titre) tout à la fois les esprits de Saint Jean-Baptiste (cousin de Jésus), du moine Félix et du mythe de Salomé rêvée par Oscar Wilde.
Tout est parti d’une commande pour écrire un spectacle en lien avec l’histoire de l’abbaye de Saint-Jean-d’Angély et de la légende du moine Félix, parti chercher la relique de saint Jean-Baptiste à Alexandrie en l’an 800.
Il n’en fallait pas plus à Sonia Bester pour alimenter ses rêveries poético-musicales. D’autres personnages sont apparus, tous liés à l’histoire de Jean-Baptiste et petit à petit le spectacle a pris une forme hybride explorant des registres différents. Les personnages et les spectateurs sont emportés dans cette farce burlesque faite de mythes et de légèreté, de plaisirs et de jeux.
Portés par une bande d’excellents musiciens, chanteurs et comédiens, JP Nataf (Les Innocents), Vincent Mougel, Jean-Luc Vincent (Les chiens de Navarre) et Diane Bonnot, la musique et le théâtre dialoguent entre passé et présent, de Richard Strauss – l’opéra Salomé revisité – à la pop, à l’instar de l’intrigue qui nous balade entre absurde et poésie.

Le spectacle joue avec l’Histoire, jongle entre le réel et le légendaire, oscille entre le vrai et le faux, interroge avec légèreté notre rapport aux mythes et à la religion. Plusieurs niveaux de réalité s’entrecroisent et les péripéties s’enchaînent. À quoi servent les légendes au XXIe siècle ? Peut-être à ré-enchanter le monde… Sonia Bester et Jean-Luc Vincent

© Delphine Ghosarossian

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


A propos de l'auteur


Les commentaires sont clos.

Haut ↑